Ecriture

Enregistrement de l’image latente magnétique

Cliquez sur le module extrait de la barre d’écriture, pour en savoir plus sur sa structure…

L’écriture de l’image latente magnétique sur le tambour est assurée par un ensemble de modules d’écriture (au nombre de 10 dans les premières machines) qui, positionnés sur une génératrice du tambour, permettent l’enregistrement de microlignes de points ou « dots » (jusqu’à 3336 points par microligne dans les premières machines de densité 240 dpi).

L’activation d’un pôle d’écriture crée un champ magnétique perpendiculaire à la surface du tambour qui aimante localement la couche Co-Ni-P. Après extinction de la commande d’écriture, et relaxation du champ magnétique, la zone concernée reste aimantée.

photo modulesAvec les machines de troisième génération, un module haute définition 480 dpi est introduit en 1997. Contrairement au module d’origine, essentiellement basé sur des procédés micromécaniques, le nouveau module fait largement usage des procédés microélectroniques sur silicium. La barre d’écriture est alors composée de 18 modules, alignés en deux nappes alternées, offrant une microligne de 8640 points.

barre 480 dpi

Une version très haute définition 600 dpi est extrapolée des mêmes technologies et équipe les machines de quatrième génération (années 2000+).

Retour Mécanisme

'